Home News Transformation: De l’énergie à partir de sciure et rébus de bois
News - 06/03/2020

Transformation: De l’énergie à partir de sciure et rébus de bois

Un projet du Cifor vise à réduire la quantité d’arbres coupés dans les forêts et recycler les déchets des entreprises pour produire de l’énergie à partir de sciure et rébus de bois. 

La gestion des déchets demeure un problème majeur dans la zone industrielle de Douala Bassa. Jacques Duclos Kengne qui fait ce constat déplore le fait que certaines entreprises déversent leurs ordures nuitamment dans les périphéries de la zone. «D’autres créent des dépôts d’ordures dans la zone industrielle et des populations voisines y déversent aussi leurs déchets. Des sociétés n’ont pas de partenariats avec des collecteurs formels», décrie le secrétaire général de Entreprises de la zone industrielle Magzi Bassa (Ezimba).

L’association a initié un projet de gestion collective des déchets dans la zone industrielle pour exploiter au maximum tous les déchets. Mais Ezimba rencontre encore de la résistance sur le terrain. Elle pourra désormais bénéficier de l’expertise du Centre de recherche forestière internationale (Cifor) qui pilote une initiative pour mieux gérer l’énergie à partir de la biomasse.

Il est question dans ce projet du Cifor, d’établir les bases pour une gestion plus efficace du charbon et bois de chauffe dans les ménages et entreprises.

Réduire la pression sur les forêts

«Nous travaillons en collaboration avec l’université de Douala pour réduire la quantité de bois utilisé. On peut produire de l’énergie à partir de sciure et rébus de bois qu’on peut collecter dans les entreprises et réduire ainsi la pression sur les forêts et mangroves »,

détaille Dr. Awono Abdou, chercheur au Cifor et coordonateur du projet  au Cameroun. Les sciures et rébus de bois collectés dans les entreprises peuvent ainsi être transformés en charbon  ou briques et réutilisés dans les ménages, fours des boulangeries et autres entreprises. Ils peuvent aussi être compactés et utilisés dans la fabrication de meubles, apprend-on.

Pour la réussite du projet, Dr. Awono Abdou indique qu’il est nécessaire que tous les acteurs s’engagent. Il est ainsi important de travailler avec ceux qui produisent du charbon pour améliorer leur technique. L’implication des communes pour une approche participative est en outre recommandée. C’est dans ce sens qu’une réunion de sensibilisation sur la gestion durable de la chaîne de valeur bois-énergie a réuni des responsables d’une trentaine d’entreprises et des acteurs de la société civile en février 2020 à Douala.

«Ce projet du Cifor permet de gérer l’environnement de manière efficace et de garantir des lendemains meilleurs pour les générations futures. Il offre aussi une opportunité d’emplois dans la filière transformation. Ailleurs, les gens plantent des arbres à vocation bois et énergie», relève Dr. Awono Abdou.

Mathias Mouendé Ngamo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Covid-19 : L’Oms renforce la prévention dans des hôpitaux à Douala

L’Organisation mondiale de la Santé vient de doter cinq formations sanitaires du Littoral …